Plan d'intervention personnel

Plan d'intervention
Bilans mensuels/rôle des parents et des tuteurs

Nous offrons une première évaluation d’une heure et demie avec l’enfant, remboursable à la première heure de cours. La première évaluation consiste à définir les besoins de l’enfant et d’établir par la suite un plan d’intervention avec les parents et/ou les enseignants. Il est important d’établir un plan d’intervention pour cerner directement les difficultés qu’il faudra cibler et savoir sur quoi travailler au préalable pour arriver à l’objectif désiré. Dans cette section seront aussi abordés les sujets des bilans mensuels et du rôle des parents ainsi que des tuteurs dans la réussite de l’enfant.

 

À quoi sert concrètement ce type de plan ?

Voici un exemple qui pourra mieux illustrer l’utilité d’un plan d’intervention. Un parent désire inscrire son enfant à des sessions de français dans le but de remédier aux difficultés que son enfant éprouve en production écrite. Dans ce cas précis, il ne suffira pas seulement de pratiquer l’enfant à rédiger des textes. Le plan d’intervention servira plutôt à évaluer les connaissances et les difficultés de l’enfant en écriture (grammaire, vocabulaire, etc.). S’il s’avère que l’enfant éprouve de grandes difficultés en grammaire, des sessions de perfectionnement de la grammaire seront proposées en plus de faire pratiquer l’enfant à rédiger des textes (la structure du texte, l’organisation ou la procédure de création). Dans le cas où l’enfant n’a pas de grandes difficultés au niveau des règles de français, le tuteur se concentrera donc uniquement sur les exercices de productions écrites.

 

Après le plan d’intervention

Le ou les parents seront avisés de l’observation du tuteur. Le tuteur discutera avec les parents de son observation et de ses conseils. Il  demandera finalement l’avis des parents sur la marche à suivre, c’est-à-dire (si nous revenons sur notre exemple) soit donner des sessions de perfectionnement de français en plus de rédactions de textes, soit  simplement privilégier les rédactions. La décision finale reviendra toujours aux parents. Le plan d’intervention n’est pas obligatoire, mais il est tout de même conseillé, surtout dans la mesure ou celui-ci est automatiquement remboursé dès la première session de cours.

Bilan mensuel/bi-mensuel

Quatre semaines ou quatre sessions est normalement le temps nécessaire pour voir des progrès substantiels chez un enfant ou un adolescent. Un bilan mensuel sera donc dressé en personne ou par écris pour faire part aux parents des progrès de leur enfant. Deux conclusions peuvent être tirées du bilan : soit l’enfant fait des progrès, soit il n’en fait pas. Dans le cas où il fait des progrès, rien de plus ne sera à déclarer, mais dans la mesure où les progrès sont limités, il faudra alors revenir sur une autre stratégie. Les causes d’un bilan négatif peuvent être diverses ; le tuteur peut être en cause (il ou elle ne donne pas assez de devoirs, il ou elle donne des exercices trop ou pas assez difficiles, etc.) ; l’enfant peut être en cause (l’enfant n’écoute pas, ne fait jamais ses devoirs, etc.) ; les parents peuvent être en cause (ces derniers ne vérifient pas si l’enfant fait ses devoirs, n’amènent pas leur enfant à des sessions, etc.). Il est à noter que d’autres causes extérieures peuvent affecter la progression de l’enfant, comme des problèmes personnels ou des problèmes à l’école. En connaissant la ou les causes, il sera alors plus facile de rectifier le tir afin que l’enfant ou l’adolescent puisse faire de réels progrès.

 

Comment savoir si l’enfant ou l’adolescent fait des progrès ?

Le bilan mensuel est fait par le tuteur. À la quatrième session (tout dépend de la situation), le tuteur donne une sorte de mini-test à l’enfant, normalement en fin de cours, pour évaluer ses progrès. Après avoir corrigé le test, le tuteur voit donc ce que l’enfant a réussi à faire. Si l’enfant obtient de meilleurs résultats que lorsqu'il a commencé à sa première session, c’est que ce dernier est sur une bonne voie.

 

Le rôle des parents et du tuteur

Le rôle du parent est primordial, même les professeurs d’école vous le diront. Sans les parents, les élèves peuvent perdre leurs repères. Les adolescents, surtout les enfants du primaire, ne sont pas des étudiants collégiaux ou universitaires. Ils n’ont pas toujours la discipline et l’autonomie nécessaires pour étudier, faire leurs devoirs ou encore chercher les ressources extérieures dont ils ont besoin. Les parents sont là pour ça. Oui, le tuteur doit faire en sorte de donner les outils de réussite à l’élève, mais les parents doivent s'assurer qu’après la session leur enfant utilise ces outils. Si le tuteur donne des devoirs ou des leçons à l’enfant et que l’enfant ne les fait pas, le tuteur n’y peut malheureusement rien. Les parents qui s’assurent que les enfants suivent les directives du tuteur à la maison ont des résultats plus spectaculaires et plus rapides. Si l’enfant ne prend qu’une heure de cours par semaine et qu’il ne fait plus rien à la maison jusqu’à son retour à la prochaine session, il ne se rappellera plus de ce qu’il a appris précédemment et devra recommencer au lieu de continuer son cheminement. Cela le fera perdre du temps et encore plus de sessions seront nécessaires. Le tuteur, lui, devra donner des devoirs ou des leçons après le cours, en plus, bien sûr, de devoir expliquer la matière durant la session. Le tuteur devra aussi noter ce qui a été fait durant l’heure de travail, juger des progrès et s’ajuster en conséquence.

© 2020 by TUTORAT LANAUDIERE. Proudly created with Wix.com 

  • Facebook Social Icône

 PR / T 514.791.1073 / F 450.478.5214 / s.chareyre@hotmail.com